Réflexions transversales...

Réflexions transversales...

Vote des étrangers

Dans de nombreux pays, dont la France, se pose le problème du droit de vote des étrangers. La règle générale étant qu'un étranger ne peut pas voter dans le pays où il réside, mais par contre continue à s'exprimer pour les élections se déroulant dans son pays d'origine. Quelques exceptions existent à cette règle notamment en Europe où dans un certain nombre de pays les étrangers remplissant certaines conditions peuvent voter aux élections locales.

La situation générale est une totale aberration. Une personne vivant depuis des années dans un pays dont elle n'a pas acquis la nationalité, parfois même elle y est née, n'a pas le droit de s'exprimer sur le choix des représentants politiques. Par contre elle peut voter dans son pays d'origine, dont elle ignore peut-être tout, et ainsi décider du sort de ses lointains cousins alors qu'elle même n'a aucun intérêt ou droit personnel à défendre sur cette terre peut-être inconnue.

Pour remédier à cette situation totalement paradoxale il existe une solution très simple: voter dans le pays, et uniquement dans le pays, où l'on réside. Peut-être en ajoutant un délai de carence, par exemple en imposant que la résidence légale date d'au moins 5 ans. Un tel droit devra être inscrit comme droit universel, afin d'éviter toutes les distorsions d'un pays à l'autre.
Avec une telle réforme n'importe quel citoyen sera ainsi amené à choisir les options qui ont sa préférence là où il vit, assumant ainsi personnellement les conséquences de ses choix.  



29/01/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres